Le Malgré-nous, André VOEGEL, passe les derniers jours de l'existence du Troisième Reich sur le front en Pologne. Son récit glaçant témoigne de la cruauté de la guerre.

Exécution de trois déserteurs

Nous poursuivîmes notre route à travers la Pologne, toujours en direction de l'Ouest. La malchance nous fit encore une fois tomber dans les bras de la « Feldgendarmerie ». Considérés comme des déserteurs, ce que nous étions, on nous transféra dans un « camps de regroupement  ». Le lendemain, l'officier de service nous fit tous aligner sur la place d'appel et nous informa froidement que chaque troisième soldat sera passé par les armes et sans jugement. Je ne me faisais plus d'illusions et m'attendais au pire. Sous ce régime totalitaire et pendant ces moments critiques, je savais les allemands capables du pire.

Mon moral qui était déjà très bas atteind le fond. Ma dernière heure avait peut-être, cette fois-ci, sonnée pour de bon ! Troublé, je pensais à mon Alsace natale, à mes parents, à mes frères, à mes amis... Combien de fois ai-je vu, au bord des routes ou sur les places des villages, des militaires allemands pendus aux arbres avec autour du cou un écriteau : « Exécuté par pendaison, pour lâcheté devant l'ennemi » (wegen Feigheit vor dem Feind gehenckt ) ou « désertion du front » (Desertion von der Front). On peut facilement imaginer notre état, tous alignés devant ce tribunal militaire d'exception installé au milieu du carré. Finalement, nos juges se sont contentés d'exécuter trois déserteurs récidivistes. Ces assassinats monstrueux devaient nous servir d'exemple.

Les parents d'André : le père Alphonse au premier plan et sa mère Anne au second plan

Relater l'exécution des condamnés à mort me semble être de mon devoir, pour « le souvenir de mémoire ».

On nous ordonna de former un grand U autour de la place d'exécution. Un poteau d'une hauteur de 2 mètres environ était planté dans le sable. Un peloton de la police militaire amena le premier condamné, un simple soldat. Il fut présenté au tribunal militaire qui lui communiqua la sentence de mort et lui proposa d'exprimer un dernier voeu. Un prêtre assista le condamné. Il l'accompagna au poteau d'exécution tout en lui parlant sans arrêt. Un bandeau noir couvrait ses yeux et on lui lia les mains au poteau. Le peloton d'exécution était constitué de 8 hommes dont 4 étaient agenouillés. Soit disant, un fusil était chargé à blanc et distribué au hasard. Au commandement « feu », on entendit une seule rafale et le sang se mit à gicler rythmé par les derniers battements de son coeur. Le corps essaya de se relever une ou deux fois, puis s'immobilisa. Un officier s'avança et lui asséna le coup de grâce puis un médecin constata la mort. La dépouille fut aussitôt enlevée, le sable ratissé pour l'exécution suivante. Le troisième condamné était un sergent. Lorsqu'on lui demanda d'exprimer son dernier voeu, il s'écria d'une voix forte et fière « Es lebe der Führer, es lebe Grossdeutschland » (Vive le Führer et vive la grande Allemagne). En mon fort intérieur j'étais outré ! J'ai pensé en alsacien « kansch verrecke » (Tu peux crever !). Le même jour, une nouvelle unité comprenant toute la troupe des déserteurs fut créée et acheminée au front. J'ai toujours constaté que ces unités hétéroclites, formées à la va-vite, se défaisaient aussi rapidement qu'elles avaient été constituées. Pour tous la guerre était perdue d'avance. 

Histoire de mines

Ma formation du génie m'a souvent valu d'exécuter des tâches délicates, comme celle de poser de nuit des mines bondissantes (Schrapnellminen). Pratiquement chaque nuit, nous devions installer un champ de mines selon un plan défini. Nous placions des repères qui permettaient à nos patrouilles de passer au travers. Le moindre bruit déclenchait le tir de mitrailleuses lourdes d'en face. Des fusées éclairantes illuminaient alors le ciel, les mortiers laissaient sur place les morts et les blessés. Lorsqu'un éclat touchait nos mines, il valait mieux ne pas être dans les parages ! 


Un jour, mes amis, Robert GARRE, Alphonse REPP de Niederschaeffolsheim et moi, ont été désignés volontaires d'office pour poser des mines entre deux tranchées. Il pleuvait à verse et pour épicer le tout, le terrain était en pente. Tous les ingrédients étaient réunis pour y rester. Ce qui est curieux, c'est qu'ils aient envoyé trois alsaciens à faire ce sale boulot ! très curieux ! J'étais tellement conscient du danger qui nous attendait, soit la mort soit au mieux de graves mutilations, que j'y suis allé comme un condamné à mort ! 

Les mines de 400 grammes chacune, étaient constituée d'une petite boite en bois de 15 cm sur 10 avec le détonateur qui dépassait. Ces explosifs anti-personnels sautaient sous une pression de 300 à 400 grammes. Notre travail consistait à creuser un petit trou à la pelle, d'y mettre la boite et de camoufler le tout d'une couche de terre. Mais l'opération la plus périlleuse était de retirer la sécurité de la mine pour la rendre opérationelle. Compte-tenu des conditions météo et du terrain accidenté, le risque de sauter avec une mine était au maximum.

Avant d'aller au casse-pipe et nous faufiler entre les tranchées séparées de moins de 100 m, j'ai dis à mes copains : « Vous pouvez faire ce que voulez, mais moi, je n'ai pas l'intention d'y laisser ma peau, soit je ne retire pas la goupille de sécurité soit je ne camoufle pas l'engin ». C'est ce que je fis... aussitôt imité par mes compagnons. Vivants et indemnes, nous sommes revenus au cantonnement.

L'affaire eut une suite fâcheuse. Au matin venu, l'infanterie se rendit compte que les mines avaient été mal posées et visibles. L'officier d'infanterie fit un rapport circonstancié. Et nous voilà à nouveau mêlés dans une sale affaire qui pouvait nous mener devant un tribunal militaire, cette fois-ci, pour délit de sabotage. Convoqués devant le capitaine, nous lui fournîmes, tels des avocats expérimentés, les éclaircissements nécessaires jusqu'à notre état d'incorporés de force. Nous eûmes la chance de nous trouver en face d'un officier intelligent et compréhensif et a notre grand soulagement, il nous laissa partir.

La propagande russe

Quand la chair humaine vivante commençait à faire défaut au front, il arrivait que les hommes du génie soient appelés en premières lignes. En principe, le génie était toujours cantonné à 3 à 4 km de la ligne du front. Quand mon père me relatait la guerre des tranchées de 14-18, il me racontait que les hommes se pressaient côte a côte comme des sardines. Dans ma guerre cependant, surtout au début 45, l'occupation du front était si éparse qu'il n'y avait que 2 ou 3 hommes espacés tous les 200 m et une mitrailleuse lourde tous les 500.

Cette situation était aussi connue par l'armée rouge. Pratiquement chaque nuit, une patrouille russe visitait nos lignes et faisait des prisonniers. Chaque nuit, des haut-parleurs russes émettaient de la musique allemande, comme « Lili Marlène » ou « Heimat deine Sterne », des tubes de l'époque. De temps à autre, la musique était entrecoupée par de la propagande et des informations. On pouvait entendre, par exemple,  l'annonce suivante : « La nuit dernière, les soldats X et Y de telle compagnie, tel régiment, telle division ont été faits prisonniers, ils vont très bien ! ». Souvent les prisonniers parlaient ou plutôt « devaient » parler eux-mêmes. La propagande se poursuivait alors par un appel aux soldats allemands, comme : « Soldats, sous-officiers, officiers de l'armée allemande, cessez votre résistance et constituez-vous prisonniers par l'armée soviétique, mais n'oubliez pas d'emporter votre gamelle car on vous servira du pudding de chez nous. Rendez-vous ! car des milliers de femmes nues vous attendent !». Ensuite, le commentateur de rajouter : « Vous entendrez maintenant le dernier tube allemand » . Pour diversifier l'animation, ils envoyaient alors pendant 5 minutes une salve d'orgues de Staline (l'orgue de Staline était un lance-fusée constitué d'un ensemble de tubes groupés sur un même affût et destiné au lancement de projectiles à allumage électrique). Cette arme connue pour son bruit caractéristique était aussi psychologique, très impressionnante et très redoutée: elle faisait des centaines d'impacts dans un rayon restreint.

Tract russe destiné aux soldats allemands en 1945

Souvent aussi, un petit avion de reconnaissance russe que nous appelions « Unteroffizier Vom Dienst » (UVD, sous-officier de service), nous survolait la nuit en larguant des milliers de tracts. La propagande écrite en allemand invitait les soldats à se constituer prisonnier. Les tracts faisant office de laissez passer. Ils étaient signés par le maréchal Von Paulus, défenseur de Stalingrad, qui capitula avec sa 6e armée le 31 janvier 1943. Il créera plus tard le « Freies Deutschland » (Comité pour l'Allemagne libre). Toute cette propagande n'avait finalement que très peu d'impacts sur les allemands. Ils ne connaissaient que trop bien (grâce aux récits des soldats allemands évadés des russes), l'accueil qu'on réservait aux déserteurs !

A suivre ...

Source : Mémoires d'André VOEGEL

Récit complet des mémoire du malgré-nous André VOEGEL :

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

09 80 94 03 40

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris